Aller au contenu principal
Région de Bruxelles-Capitale - Page d'accueil

2 ans après son lancement, la « Shifting Economy » a posé les jalons de son succès

Les entreprises qui veulent avoir un impact positif sur l’emploi local et le travail décent, la qualité de l’air ou de l’environnement doivent être mieux soutenues. A l’initiative de la Secrétaire d’État à la Transition économique, la Région bruxelloise a mis en place depuis deux ans, une stratégie de transition économique qui va dans ce sens : renforcer et réorienter tous les outils économiques bruxellois. L’occasion d’un premier bilan.

Publié le

La stratégie de transition économique, la « Shifting Economy », a entamé, après deux années de mise en œuvre, 178 mesures sur 221 (81%) et le taux d’avancement moyen des 221 mesures s’élève à 52% toutes thématiques confondues, sur un plan d’actions à l’horizon 2030.

Grâce à l’implication quotidienne de tous ses acteurs et partenaires publics et privés, le socle indispensable de la mise en œuvre de la « Shifting Economy » a été posé avec succès lors des deux dernières années écoulées avec une série de mesures-phares :

  • Définition légale des critères d’exemplarité environnementale et sociale : une définition objective qui permet aux entreprises de facilement démontrer leur exemplarité afin de simplifier leurs démarches administratives et de bénéficier d’aides économiques plus importantes. Le principe : une entreprise exemplaire doit avoir un apport positif à l’environnement et/ou à l’aspect social, tout en ne nuisant pas à l’autre aspect.
  • Réforme des aides financières aux entreprises : les aides régionales de Bruxelles Économie Emploi sont simplifiées et réorganisées afin d’améliorer leur lisibilité et leur accessibilité, ainsi que leur cohérence avec la politique de transition économique. Depuis début 2024, les aides sont majorées (jusqu’à 45% des dépenses éligibles) pour les entreprises s’inscrivant dans une démarche d’exemplarité environnementale et sociale. En 2030, après 6 années de transition, cela deviendra une condition d’accès.
  • Favorisation foncière des entreprises en transition ayant obtenu certains labels (Good Food, économie circulaire, Label Entreprise Écodynamique), ou étant reconnues comme exemplaires par d’autres administrations : elles peuvent bénéficier de réductions cumulées sur les loyers et canons de Citydev.brussels et des pouvoirs publics, allant jusqu’à 33%. Au total, les réductions consenties aux entreprises en démarche de transition sont estimées à près d’ 1M€ sur la période 2023-2025.
  • Mise en place progressive de marchés publics durables, innovants et pro-PME : les pouvoirs publics doivent activer ce levier important dans l’économie bruxelloise (13% du PIB) en montrant l’exemple pour servir de moteur à la transition économique vers une société décarbonée, notamment dans le secteur-clé de la construction. Cinq administrations élaborent une stratégie interne de marchés publics durables, les clauses de lutte contre le dumping social pour les secteurs du nettoyage et de la construction ont été mises à jour. Dès 2024, de nouvelles offres d’accompagnement sur mesure sont proposées aux administrations pour les aider à intégrer davantage de critères durables dans leurs marchés publics ; 390 agents formés par Bruxelles Environnement dans la pratique des achats durables sont d’ores et déjà actifs sur le territoire de la région.
  • Actualisation du site du 1819 (hub info) à destination des entreprises bruxelloises pour intégrer les défis de la transition économique, avec notamment le nouveau guide « Entreprendre durablement », et la mise à disposition d’un outil d’autodiagnostic visant à sensibiliser les entreprises à leur niveau et processus de transition. Plus de 10.000 accompagnements (aides non-financières) par an sont dispensés aux entreprises bruxelloises par une centaine d’acteurs subventionnés.
  • Lancement de la stratégie Good Food 2 (2022-2030) dans le secteur-clé bruxellois de l’alimentation afin de faire évoluer toute la chaîne d’approvisionnement, de l’agriculteur au transformateur, jusqu’au restaurateur ou au commerçant pour concilier durabilité, dynamisme économique et emploi local de qualité. Nouveauté : accroître l’accessibilité à la Good Food pour tous les Bruxellois·es, notamment via des actions dans le secteur de la distribution.
  • Lancement du European Digital Innovation Hub (EDIH), sustain.brussels qui ambitionne d’être le guichet unique de l’innovation numérique durable de la Région en proposant  aux acteurs économiques bruxellois : service de test avant investissement, formation, accompagnement au financement et recherche de partenaires, notamment dans toute l’Europe.
  • Signature du Green Deal Logistique pour une logistique urbain à faible émission : il rassemble plus de 65 organisations pour une logistique plus durable en Région bruxelloise. Les signataires s’engagent à sensibiliser le secteur à la nécessité de changer les pratiques, à optimiser les volumes et les tournées de livraison, à opter pour l’eau, le rail et le vélo-cargo ou encore à privilégier des véhicules zéro émissions directes.

Ces quelques exemples et l’ensemble des mesures prises sont rendues possibles grâce à une profonde mutation de l’écosystème administratif bruxellois : en décloisonnant les politiques publiques destinées aux entreprises, en rendant plus lisibles les instruments économiques, en reliant et coordonnant différentes stratégies et plans régionaux existants, la« Shifting Economy » vise à rationaliser les moyens publics et à gagner en impact pour embarquer davantage d’acteurs économiques dans la transition. Cette approche transversale constitue un véritable changement de culture organisationnelle au sein de chaque administration (Bruxelles Economie Emploi, hub.brussels, Bruxelles Environnement, Innoviris comme porteurs. Mais également Citydev.brussels, Finances&invest.brussels, Visit.brussels, le Port de Bruxelles et Bruxelles Propreté)

« Nous voyons tous les jours le changement déjà opéré pour nos entreprises qui se lancent dans la transition. Cela est notamment possible grâce à des aides financières plus importantes, à un accompagnement plus poussé vers la transition, à des lieux pour les artisan·es, etc. Ce monitoring de nos politiques économiques vient le prouver. Tout cela est rendu possible par une collaboration de plus en plus forte entre tous les acteurs de l’écosystème. Ce rapport démontre que Bruxelles est sur la voie enthousiasmante de la transition de son économie. Vu les enjeux, j’estime qu’il nous faut toutefois aller plus vite et sensibiliser encore plus les entreprises bruxelloises » conclut la Secrétaire d’État à la Transition économique.

Le rapport d’activité 2023 de la « Shifting Economy » est téléchargeable sur le site web www.shiftingeconomy.brusselsLien externe