bhg.skip_to_content.title
Région de Bruxelles-Capitale - Page d'accueil

Sites natura2000 : Bruxelles renforce la protection de ses habitats naturels

Quand certains tergiversent sur l’importance vitale de la nature pour assurer notre avenir, Bruxelles agit et adopte des plans de gestion pour tous ses sites Natura2000 afin notamment d’y renforcer la biodiversité.

Publié le

Le réseau Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels remarquables, dans lesquels les pays s’engagent à concilier la protection de la biodiversité avec l’activité humaine. Près de 20 % du territoire européen est repris dans ce réseau. A Bruxelles, le réseau Natura 2000 couvre 14% du territoire régional et compte une cinquantaine de sites, répartis en trois grandes zones :

  • la forêt de Soignes avec ses lisières et la vallée de la Woluwe, au sud-est de Bruxelles (2071 ha) ;
  • les zones boisées et ouvertes à Uccle (134 ha) ;
  • les zones humides et les zones boisées de la vallée du Molenbeek au nord-ouest de la Région (116 ha).

 

La gestion des sites Natura 2000

Conformément à la législation européenne, chaque site Natura 2000 dispose d’objectifs spécifiques de protection de la nature. Les plans de gestion Natura 2000 définissent les mesures concrètes à mener pour atteindre ces objectifs, en tenant compte des spécificités du site, tant naturelles que socio-économiques : ici une zone marécageuse, là des potagers, un étang de pêche, une plaine jeux,…

à Bruxelles, on agit pour la nature ! Protéger notre patrimoine naturel est en effet essentiel pour lutter contre les effets du dérèglement climatique et offrir un cadre de vie sain et agréable aux Bruxellois·es. Avec ces plans Natura 2000, nous mettons donc en place une gestion durable et harmonisée de nos espaces verts pour préserver et restaurer la biodiversité dans notre région.
Alain Maronministre de l'Environnement

Les plans de gestion Natura 2000 fixent ainsi un cadre clair et cohérent pour tous les acteurs de chaque site, actuellement gérés ou occupés par des dizaines de protagonistes différents (administrations régionales, fédérales ou communautaires, communes, CPAS, propriétaires privés, etc.). Coordonnés par Bruxelles Environnement, ces plans sont dès lors l’objet d’une vaste concertation en amont de leur adoption par le gouvernement afin que les différents propriétaires et acteurs s’accordent sur les mesures pertinentes pour chaque site. Quelques exemples :

  • conserver le bois mort sur le site car il stocke le carbone et offre un abri ou de la nourriture à de nombreuses espèces animales, fongiques et végétales ;
  • développer les tontes différenciées, c’est-à-dire en adapter la fréquence et la hauteur en fonction des usages (jeux, nidification, prairies de fleurs sauvages essentielles aux pollinisateurs, etc.) ;
  • améliorer l’écoulement et la récupération naturelle des eaux de pluie pour assurer un bon apport à la flore ;
  • restaurer les berges des cours d’eau ;

Trois nouveaux plans de gestion pour la zone de la vallée de la Woluwe ont été adoptés (en première lecture) par le gouvernement ce 22 juin et seront soumis à enquête publique à la rentrée scolaire.