Aller au contenu principal
Région de Bruxelles-Capitale - Page d'accueil

Parc Thurn & Taxis change de nom et devient le parc Sidi Boughaba « La crise climatique est tangible partout »

Parc Thurn & Taxis change provisoirement de nom et devient aujourd’hui le parc Sidi Boughaba. La démarche s’inscrit dans la campagne 11.11.11 qui souhaite attirer l’attention sur l’injustice climatique. « La crise climatique est tangible partout, du Maroc jusqu’ici à Bruxelles », insiste Ans Persoons, Secrétaire d’État bruxelloise aux Relations internationales.

Publié le

À partir d’aujourd’hui, ne dites plus Parc Thurn & Taxis, mais parc Sidi Boughaba. Avec ce changement provisoire de nom, 11.11.11 et la Région de Bruxelles-Capitale veulent faire le lien entre notre capitale, d’une part, et l’augmentation des températures et de la longueur des périodes de sécheresse à Sidi Boughaba au Maroc, d’autre part. Les deux régions doivent toujours plus faire face aux conséquences de la crise climatique.

« Les conséquences de la crise climatique deviennent douloureusement tangibles partout dans le monde. À Bruxelles également, qui connaît toujours plus de périodes de canicule. ​ On constate régulièrement une différence de 5 à degrés entre la ville et la campagne, surtout de nuit, où ça se rafraîchit bien moins vite en ville. Nous devons adapter nos villes à ces températures et conditions climatiques extrêmes et nous devons collaborer au niveau mondial pour affronter cette crise climatique », déclare Ans Persoons, Secrétaire d’État bruxelloise de la Région de Bruxelles-Capitale en charge des Relations internationales.

Une situation qui n’est pas inconnue au Maroc. Les zones humides de Sidi Boughaba, une réserve naturelle et un lac d’eau douce, sont toujours plus menacées par des températures imprévisibles et une sécheresse persistante. La faune et la flore dépérissent et l’avenir devient de plus en plus incertain pour ce qu’on considère comme une des dernières zones humides de la côte marocaine. Et les populations qui y vivent sont plus exposées aux conséquences de la crise climatique telles que les inondations, les chaleurs extrêmes et la sécheresse.

« L’injustice climatique est partout. Mais ses conséquences sont encore plus graves dans des pays comme le Maroc », insiste Els Hertogen, directrice de 11.11.11 et originaire d’Hasselt. « C’est une injustice climatique que nous ne pouvons pas ignorer. Mais nous ne devons pas nous focaliser sur les problèmes, partout, des organisations et des activistes courageux luttent pour trouver des solutions. »

persoons5.png

Des solutions concrètes

Avec cette campagne pour l’automne, 11.11.11 veut voir au-delà des problèmes et avancer des solutions concrètes. Celles-ci vont de projets de reforestation en Ouganda au renforcement de la résilience des agriculteurs péruviens face aux conséquences de la crise climatique grâce à des systèmes d’irrigation.

Il convient de noter que 11.11.11 propose aussi un projet en Wallonie. « Notre organisation membre Caritas International soutient par ce projet les victimes des inondations en leur apportant une aide juridique pour leur éviter les escroqueries ou les démarches administratives complexes », explique Els Hertogen, directrice de 11.11.11. « Les conséquences les plus graves touchent principalement les personnes et les pays qui en sont le moins responsables. C'est le cas au Botswana avec la sécheresse, mais aussi en Wallonie après les inondations dévastatrices. »

Des Bruxellois.es solidaires

« Avec cette action, les Bruxellois.es se déclarent leur solidarité avec les innombrables initiatives climatiques dans le monde », poursuit la Secrétaire d’État Persoons. Mais les mots ne sauraient suffire. ​ Pendant les prochaines semaines, des milliers de bénévoles de 11.11.11 récolteront des dons dans la rue en vue de financer ces solutions. Et le programme est chargé à Bruxelles : Un déjeuner et un concert à Schaerbeek, une journée crêpes à Ganshoren, des actions boîte aux lettres à Molenbeek, une exposition à Ixelles... Les Bruxellois.es pourront pleinement démontrer leur solidarité.

Plus d'info sur: Lien externe